Naissance de La Canopée

     La Canopée est une serre de production d’orchidées que j’ai créée en 1999 avec l’aide précieuse de mon mari Dominique qui est biologiste. Après avoir travaillé quelques années dans le domaine industriel, j’ai eu envie de concilier mon goût pour l’entreprise et mon intérêt pour les orchidées. Nous avons commencé cette aventure en installant une serre chez nous dans laquelle nous élevions une collection modeste. Nous y recevions nos clients sur rendez-vous.

 

Une collection importante d'orchidées botaniques

     Après quelques années La Canopée s’est mieux fait connaître du public et des professionnels (jardins botaniques, presse …). Il a fallu penser à agrandir les serres : nous avons déménagé l’entreprise en 2005, et c’est depuis cette date que la production s’est nettement développée. Ce sont plus de 1000 mètres carrés qui sont désormais cultivés à l’aide de salariés, ce qui en fait une des productions les plus importantes en France pour les orchidées botaniques.

 

L'alliance de la passion et de la technicité

     On entend souvent dire que ce type de pépinière est affaire de passion. Chercher de nouvelles espèces, les mettre en culture, sélectionner les meilleures plantes, aller à la rencontre des autres professionnels, valoriser sa production, c’est passionnant ! Cependant, il faut aussi maîtriser les techniques de culture parfois complexes que nécessitent les orchidées, essayer, tester, innover pour réussir à définir les plantes qui seront cultivées avec succès dans notre serre.

 

De nouvelles orchidées grâce aux hybridations

     Le choix des espèces mises en culture dépend principalement des plantes mères qui sont disponibles dans notre collection, et sur lesquelles nous allons pouvoir travailler. Il faut alors analyser les différentes possibilités : Si on besoin de quelques plantes uniquement, on peut décider de diviser la plante mère. Si on souhaite en obtenir plus il faut alors procéder à un semis puis à la culture des jeunes plantes. On peut enfin souhaiter croiser des plantes entre elles : c’est l’hybridation qui laisse libre cours à l’inventivité de l’obtenteur et à la génétique des plantes. Notre travail en hybridation donne souvent de jolis résultats, dans les genres Disa, Masdevallia, Prosthechea, Lycaste en particulier. Les noms que nous donnons à nos créations sont souvent en breton (Plougastel est près de Brest en Bretagne) mais peuvent parfois être donnés en hommage à une personnalité (Disa Nelson Mandela) ou à une ville (Disa Chantilly) par exemple.

 

De nombreux conseils à transmettre

     Cette passion et le savoir-faire de l’entreprise, c’est aussi tout ce qu’on peut transmettre à nos clients ou visiteurs. Les amateurs sont friands de conseils, trucs et astuces qui peuvent leur faciliter la culture. Nous avons plaisir à essayer de faire preuve de pédagogie, aimons utiliser les mots justes pour parler de notre métier et de nos plantes. Un conseil de culture est toujours à mettre dans un contexte : pensez vous qu’on va cultiver une orchidée de la même manière dans une maison à Dunkerque que dans une serre à Marseille ? Comme nous recevons de nombreux récits d’expériences de culture de la part de nos clients, nous sommes parfois des relais d’information. C’est ainsi que les éditions Larousse nous ont sollicités pour l’écriture du Petit Larousse des Orchidées paru récemment.

 

 

Des voyages pour découvrir

    Enfin La Canopée, c’est aussi un fantastique alibi (si on devait en avoir un !) pour aller à la découverte des orchidées in-situ, en Amérique centrale, en Asie, Afrique du Sud … Ces plantes sont protégées, pas question d’en rapporter dans nos valises, mais quand on rentre à la maison, on rapporte de la connaissance, et des envies d’essayer d’autres méthodes de culture.

A La Canopée, on cultive la diversité, et nos clients aiment ça !