Les collections du Centre botanique de la Presle et leurs maîtres :

 

Edith Brochet Lanvin est fille et petite fille de pépiniériste. Bientôt cent ans que Désiré, le grand père, a fondé à Dunkerque son entreprise un peu après la grande guerre. Avec notamment des « frous frous » dans les fleurs, entendez par là des duplicatures, des fleurs pleines de jupons. Pour Désiré, c’était dans les dahlias, pour Edith c’est dans les roses même si ses goûts vont vers plus de simplicité et surtout d’endurance, les modes mais surtout le climat et le sol champenois étant plus exigeant que les terres du littoral flamand.

Une quatrième génération collabore déjà.

 

Dominique Brochet est donc champenois; champenois des montagnes ; pas seulement de la montagne de Reims où son clan est enraciné dans le vignoble d’une réputée marque de champagne familiale.

Dominique aime les plantes alpines et les arbustes des régions à fortes amplitudes.

 

Une installation à la Presle

     Après avoir tenté une installation en région Rhône Alpes, nos deux pépiniéristes s’installent en 1988, au hameau de la Presle situé à 15 minutes de Reims et d’Epernay, dans une pâture qui va devenir le théâtre d’une transformation paysagère évidente et subtile. En 1995 puis en 2000, le Comité des Collections Végétales Spécialisées distingue les deux collections maison : Saules et Spirées.

Ni flamand ni montagnard, le climat et surtout le sol de la champagne occupent toutes leurs attentions.

 

Les calcicools

Les terres les plus calcaires de France oblige à une adaptation. Elle équivaut après 35 ans d’observation et de sélection, à un label : les « calcicools »  qui soulignent des plantes calcitolérantes et évitent, aux millions de jardiniers concernés, échec et gaspillage.

Ces observations sont issues d’un site unique en son genre ; à la fois jardin botanique, pépinière (et ses collections : saules, spirées, roses anciennes) mais aussi Jardin Remarquable et centre de formation horticole.

En plus des genres déjà cités, les espèces et variétés horticoles de Seringats (Philadelphus) et de Deutzia, leurs cousins, ainsi que de Chèvrefeuilles (Lonicera) sont plus particulièrement conservées et multipliées pour le plus grand bonheur des jardiniers désireux d'acquérir des végétaux hors du commun.

 

Des plantes alpines

La collection de plantes alpines est en partie champenoise mais surtout transférée en Haute Savoie à 1000 m.

La partie de jardin la plus spectaculaire, surtout de mars à novembre, est le jardin de plantes vivaces recensant des centaines de variétés différentes.

 

Jardins botaniques francophones    

Pour mieux cadrer ces collections, une structure botanique reconnue par JBF (l’association des jardins botaniques francophones) est mise en place à partir de 2001. Elle gère un fruticetum ou 'jardin botanique d'arbustes' et accueille une importante collection de Spirées (genre Spireae). Cette collection nécessite des contacts et des voyages dans tout l'hémisphère nord. C'est ainsi qu'en juillet 98 une expédition botanique est menée au Kirghizstan (entre la Russie et la Chine) avec des collègues pépiniéristes collectionneurs.

 

Une collection de saules

            Une autre collection, celle des Saules, est également reconnue nationalement. Ces arbres sont dotés de faculté d'adaptation extraordinaire et se font remarquer notamment en hiver, par leurs chatons bien sûr, mais aussi leur port, leur silhouette et la couleur de leurs rameaux. Les rapprochements avec l’école nationale de vannerie à Fayïl Billot et la tradition ardennaise font de ces saules un symbole redécouvert de notre région

 

Ces collections sont de véritables conservatoires où l'on observe, multiplie et quelquefois sauve des espèces peu courantes. Les applications dans le domaine du paysage, de l'écologie, de la pharmacologie sont nombreuses et cette mission de conservation, conférée au jardin botanique, revêt de plus en plus d'importance.

 

Le travail en réseau est une démarche évidemment importante. CCVS, JBF, ASPECO  puis Plantes Web.

 

Le centre botanique de la Presle récompensé

     La certification par des labels l’est tout autant : Prix 2005 « espoirs de l´agriculture raisonnée » par le réseau FARRE, Premier Jardin Remarquable de Champagne en 2005, lauréat en 2011 catégorie agriculture du premier écotrophée du Parc Naturel Régional de la Montagne de Reims pour sa culture de rosiers à Haute Valeur Environnementale. L’année 2013 consacre l'ensemble du Centre Botanique de la Presle comme un endroit digne d'intérêt pour tous puisque en mars il reçoit le label d'expert en Tourisme Durable soit le plus élevé parmi les trois niveaux décernés par le CDT de la Marne. Juin 2013 a été aussi pour le vignoble de champagne l'année de l'acquisition du label Vignobles et Découvertes auquel participe le jardin botanique de la Presle.

 

Quelques exemples concrets de l’activité conservatoire du site de la Presle :

1/ Le rosier « La Marne », 100 ans d’âge, sauvé de l’oubli se trouve relancé en cette année de commémoration.

2/ La Spirée ‘Magnum Rosé’ une obtention maison de 2011 : un succès à contre-courant des modes nanifiantes.

3/ L’écriture et la diffusion en 2015 d’un livre dédié au saule et à ses multiples facettes.

 

Au jardin de la Presle et aux pépinières Brochet Lanvin, on partage l'amour des plantes, on mélange les plaisirs du jardin et du vin en des endroits aussi étonnants qu'esthétiques.

 

C’est l’avenir du jardin où ces endroits aussi charmants qu’inédits vont recevoir des amoureux des plantes, de quiétude et du champagne familial. Ce sera le travail de la quatrième génération.